Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 13:33

En Octobre dernier, toutes les formatrices de l’association Shanghai Oh Secours ont été recyclées par une formatrice de la Croix Rouge Française, comme cela doit se faire tous les ans.

 

En cadeau bonus, elle nous a également formé à l’IPSEN (Initiation au Premier Secours Enfants et Nourrissons).

 

Et comme les bébés, c’est mon dada, je me suis proposée pour animer la première session.

 

7 personnes se sont rendues chez moi pour assister à la formation. Tout le monde était à l’heure, et malgré le fait que je ne maitrisai pas bien la 1e partie, plus théorique (mais l’IPad est mon ami!) on a fini dans les temps en faisant 2 pauses de 10 minutes comme prévu.

 

Le public était réactif (tous ayant des enfants de 1 mois a 6 ans), et a bien participé :

Dans la première partie, plutôt théorique, passage en revue des risques potentiels et comment les éviter. Chacun y est allé de ses conseils ou anecdotes, certains ont même posé des questions très intéressantes (mais auxquelles je n’avais pas forcément la réponse !)

 

Dans la deuxième partie, nous avons exploré les principales conduites à tenir en cas d’accident, et pratique les gestes qui sauvent (en cas d’étouffement, d’hémorragie, de perte de connaissance ou d’arrêt cardiaque).

 

Comme il ne s’agit que d’une initiation qui ne dure « que » quatre heures, certains sont restés sur leur faim. D’autres avaient déjà passé une formation de premiers secours complète (sur une journée), et étaient plus à l’aise dans les gestes.

 

Côté logistique, j’ai un salon plutôt petit mais on a pu faire tenir 5 mannequins de formation adultes, et puis il y avait des boissons chaudes et des gâteaux pour les pauses.

 

Dans l’ensemble un très bon moment, beaucoup moins fatiguant qu’une journée complète de formation en premier secours type PSC1, et qui se fait bien seul (on peut faire une formation jusqu’ a 10 avec 1 seul formateur, mais mon salon contient 8 personnes max).

 

Outre la formation, on a eu le temps d’échanger un peu sur le thème des urgences pédiatriques à Shanghai. J’ai distribué le memento édité par Shanghai Oh Secours qui regroupe les informations sur les urgences à Shanghai, et une maman nous a parlé d’une application smartphone créée pour Shanghai, Baby 120 (non testée), qui peut localiser les hôpitaux les plus proches de chez vous, en mentionnant leurs spécificités (urgences, pédiatrie, chirurgie etc...). Si vous avez testé, j’aimerais connaître votre retour !

 

Il me reste à préparer un récapitulatif à envoyer aux personnes formées en même temps que le certificat de la Croix Rouge Française, et le tour est joué !

 

J’ai à peu près autant de personnes qui sont intéressées pour une deuxième session. Si vous êtes également tentés, contactez-moi afin que nous puissions convenir d’une date.

Repost 0
3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 04:24

On m’a posé dernièrement pas mal de questions sur le mode de garde des enfants à Shanghai. Alors, c’était un vieux to do que je voulais faire, je me lance !

Pour choisir, tout dépend de votre situation : femme au foyer, travail en freelance, reprise du travail à plein temps ; de vos revenus, et de l’âge des enfants (scolarisés ou non).

Baby-sitter

Pour dépanner un soir ou bien quelques heures par semaines. Entre 30 et 50 kuais de l’heure. Pour en trouver, le bouche à oreille suffit, sinon, allez sur les sites comme Bonjour Chine, vous y trouverez des annonces et vous pouvez déposer la vôtre.

http://www.bonjourchine.com/forums/etre-parent-a-shanghai.24/

 

Ayi :

 

Nous avons finalement fait le choix de prendre une ayi à domicile. Elle s’occupe de notre fils et de la maison pendant que nous sommes au bureau. Les prix varient en fonction des ‘options’ : Ayi qui parle anglais, qui fait le ménage, la cuisine, horaires etc… Il est possible de négocier dans le ‘forfait’ une soirée de baby-sitting par semaine par exemple.

 

Le salaire pour 40 heures par semaine peut varier entre 4000 et 9000 kuais ! A cela s’ajoute les vacances chinoises, et un mois de bonus au moment du nouvel an chinois.

Voici le lien vers l’agence par laquelle nous sommes passés.

CC Shanghai

www.ccshanghai.com.cn

 

Il y en a beaucoup à Shanghai, renseignez-vous sur les conditions : certaines prennent 30% d’un mois de salaire, d’autres un mois de salaire entier comme commission. D’autres enfin, prélèvent tous les mois une commission sur le salaire de l’ayi (moyennant une aide pour la traduction, des formations pour l’ayi etc…).

 

http://www.lan-yi.com/en/order.asp

http://www.chinagni.com/Registration.htm

 

Pour trouver une ayi, vous pouvez aussi passer par les forums comme Shanghai Mamas et Bonjour Chine, des personnes sur le départ peuvent recommander leur ayi, sans passer par une agence. Vous trouverez parfois des annonces papier dans des magasins tels City Shop.

 

Certaines ayis travaillent à temps partiel et cherchent un autre temps partiel pour compléter leurs revenus.

 

Certaines agences proposent aussi des ayis philippines, réputées pour parler mieux anglais et savoir bien s’occuper des enfants, mais sachez qu’elles ne peuvent pas travailler légalement en Chine, aussi cette option est un peu risquée.

 

Garde partagée :

 

Une variante de l’ayi à la maison, une ayi pour deux familles. Elle a l’avantage de diminuer les coûts et de permettre aux enfants de grandir entourés d’un ou plusieurs enfants.

 

Il est possible de poser des annonces sur le site Shanghai Mamas par exemple, pour trouver des personnes susceptibles de partager la garde des enfants.

 

www.shanghaimamas.org

 

Jeune fille au pair :

 

Certaines agences pour ayi proposent également des jeunes filles au pair.

 

Dans l’idée, il s’agit d’élever son enfant au contact d’une personne non-chinoise, qui pourra lui parler sa langue (française ou autre). Dans la pratique, il faut payer pour le dossier, ensuite la jeune fille au pair devra avoir sa chambre, vous devrez lui payer ses repas et lui verser une somme correspondant à de l’argent de poche.

 

Cela revient à payer plus cher que le salaire d’une ayi en général, mais les jeunes filles au pair ont l’avantage de connaître nos habitudes, on se sent moins dépaysés. C’est un avantage aussi pour les langues étrangères (hormis le chinois bien sûr).

 

Au final, ce n’est pas forcément possible pour tout le monde, niveau place et frais.

 

Daycare :

 

Il existe une vingtaine de daycare à Shanghai, qui ressemblent à nos crèches. Pas forcément bon marché, certaines proposent des formules à l’heure (50 kuais de l’heure), d’autres des formules à la mi-journée ou à la journée.

 

Il existe un lien sur le site Shanghai Mamas qui les recense. Vous aurez peut-etre besoin de vous inscrire en tant que membre pour y avoir acces.

 

http://www.shanghaimamas.org/forum/forum.html?id=51

 

Une visite du daycare s’impose, afin de connaître l’environnement, car les standards ne sont pas toujours les mêmes qu’en France.

 

Kindergarten :

 

Certaines écoles maternelles internationales accueillent les enfants en bas âge (avant 3 ans). Selon les écoles et l’âge, il s’agira plus d’une garderie que d’une école, et les coûts sont élevés : entre 4500 et 9000 kuais par mois pour des « journées » de 8h30 à 15h.

 

C’est LE problème d’élever des enfants à Shanghai, d’autant plus que les listes d’attente sont longues.

 

Voici un lien vers le consulat de Shanghai qui donne des informations sur l’éducation en langue française

http://www.consulfrance-shanghai.org/Scolariser-ses-enfants-a-Shanghai,7348

 

Mon avis :

 

Pour le moment, l’option de l’ayi est la meilleure. Qualité de service (elle s’occupe très bien de notre fils et nous n’avons pas à faire le ménage), et de vie (je peux rentrer déjeuner le midi - même si elle ne fait pas la cuisine, et profiter de mon fils car je travaille à côté de mon domicile). Concernant le coût, c’est l’option la moins chère.

 

Notre fils n’ayant que 13 mois, et ayant accès à des aires de jeux en extérieur et intérieur, il est stimulé et rencontre des enfants de son âge. Lorsqu’il sera plus grand, nous verrons comment cela évoluera. Une garde partagée ou un mi-temps à l’école ou en daycare sera peut-être envisagé.

Repost 0
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 12:01

Je reprends l'écriture de ce blog après des mois d'interruption... Quelques semaines en France, la reprise du travail... J'avais toujours envie d'écrire - j'ai plein d'idées d'articles en réserve - mais toujours d'autres choses à faire... Ca commençait à bien me démanger, d'autant plus que j'ai repris toutes mes autres activités (travail, associations, sauf le sport!), et récemment deux amies m'ont reparlé de mon blog, du coup je me suis dit que ça valait encore le coup. Merci de votre soutien!

 

Wang Xuehua 王学华 est notre Ayi, la nounou qui s’occupe de notre fils depuis bientôt deux mois.

 

Nous l’avons recruté via une agence de placement, et quand je l’ai vu, ça a fait « tilt » : elle a demandé à prendre notre fils dans ses bras, est allée se laver les mains avant, et quand il a chouiné elle n’a pas eu peur ou eu l’air gêné.

 

Ce qui m’a plu c’est son air gentil, le fait de sentir qu’elle fait ce métier parce qu’elle aime les enfants. Mon mari a eu la même impression.

 

 

Wangjie, ou Ayi 阿姨 comme nous l’appelons plus souvent, a 36 ans. Elle est mariée, son mari travaille dans le district de Jing’an dans l’armée. Il a 36 ans lui aussi, et ils sont tout deux originaires de la même ville dans l’Anhui. Ils ont une fille de 12 ans qui vit avec sa grand-mère dans l’Anhui. Comme s’est souvent le cas pour les personnes qui ne sont pas originaires de Shanghai et qui travaillent dans cette ville, il est difficile et onéreux d’y faire venir leurs enfants. Ils voient donc leurs enfants parfois le week end et pendant les vacances.

 

Wangjie, son mari, sa fille et son père sont tous du signe du dragon, autant dire que le fait qu’Ethan soit du signe du dragon joue beaucoup dans sa relation avec lui !

 

Wangjie n’a pas de loisirs car elle a toujours beaucoup travaillé. J’ai découvert récemment qu’elle faisait du point de croix. Elle travaille actuellement sur une broderie représentant un dragon pour notre fils. Cela représente trois mois de travail !

 

Comme l’exige la politique de l’enfant unique, Wangjie n’a pu avoir qu’un enfant, une fille. Son mari est le seul garçon de la fratrie, et toutes ses sœurs ont eu un garçon ! Voilà pourquoi le beau-père de Wangjie regrettait qu’elle ne lui ai pas donné de petit-fils. Pour compenser, ou hasard du destin, Wangjie s’est occupé majoritairement de petits garçons (je vous vois venir, non je ne pense pas qu’elle va enlever notre fils !).

 

Son mari et elle habitent un appartement dans la banlieue ouest de Shanghai, qui leur coûte 1000 yuans par mois. Il y a quelques années son mari à eu la bonne idée d’investir en achetant un appartement à Pudong, qui à l’époque n’était pas très développé. Ils le louent pour environ 3000 yuans par mois.

 

Elle s’occupe d’enfants depuis 14 ans, depuis leur arrivée à Shanghai. Elle a passé des formations et des tests médicaux régulièrement. Quand elle a commencé son salaire était de 300 yuans par mois. Mais son loyer n’était que de 100 yuans. Elle a travaillé pour plusieurs familles françaises et allemandes, mais elle ne parle pas anglais. C’est pourquoi elle est contente que je parle chinois, car bien sûr, c’est plus pratique pour communiquer. Le jour où nous l’avons rencontrée, elle avait eu un entretien avec une famille japonaise. Elle a préféré venir chez nous car elle aime beaucoup notre fils (le coup de foudre apparement !) et qu’elle sait que les occidentaux sont en principe plus francs et directs, et qu’elle trouve que c’est mieux qu’on dise quand quelque chose ne va pas (pour ça elle n’a pas à s’inquiéter !).

 

Wangjie vient tous les jours au guidon de son scooter électrique. Elle met environ 40 minutes, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige. Lorsqu’elle a commencé à travailler chez nous, son scooter a été abimé dans le parking de la résidence. Les gardiens n’ont rien vu ou rien voulu savoir, et elle m’a dit qu’elle avait préféré racheter un scooter neuf, car l’ancien ne marchait pas bien.

 

Au début, elle avait gardé un travail de nettoyage dans une entreprise, qu’elle faisait auparavant le soir. Mais comme nous lui avons demandé de rester chez nous jusqu’à notre retour du travail après 18h, elle ne pouvait se rendre dans les bureaux que le matin très tôt. Elle a gardé ce travail pendant les deux semaines de sa période d’essai, au cas où nous décidions qu’elle ne faisait pas l’affaire (ou qu’elle ne s’habitue pas à nous non plus). Ce qui faisait qu’elle se levait à cinq heures du matin !Maintenant elle n’a qu’un seul travail, mais elle va peut-être prendre des heures de repassage en plus le week end, car comme elle dit, le week end, elle n’a rien à faire (!).

 

Son mari lui dit de lever le pied, mais elle est comme ça, elle travaille dur. Pour l’aider, c’est lui qui lui prépare son déjeuner, qu’elle emporte avec elle tous les jours. Je lui avait proposé de se préparer à manger à la maison, mais elle dit qu’elle préfère s’occuper du bébé et laisser une maison propre, qu’elle n’aurait pas assez de temps pour se faire à manger.

 

Wangjie a tout d’abord eu une semaine à la maison avec moi, avant que je ne reprenne le travail. Je m’occupais de notre fils et lui montrait tout dans la maison et dans le quartier. Dès qu’elle pouvait elle m’aider à m’occuper de notre fils et à faire le ménage.

 

Puis dès la deuxième semaine elle s’est occupée de notre fils toute la journée car j'avais repris le travail. Il n’a pas pleuré, il a juste dû boire au biberon pendant mon absence.

 

En général Wangjie arrive peu avant que je ne parte au travail. Elle fait la vaisselle ou un peu de ménage pendant que je suis avec notre fils. Mais dès que possible elle me propose de le prendre. Je m’en vais après avoir fait un dernier bisous et un dernier au revoir à notre fils.

 

Pendant la matinée elle s’occupe de lui, joue avec lui, lui chante des chansons.

 

Depuis peu Wangjie a profité du beau temps et de la faible pollution pour aller promener notre fils dans la résidence d’en face (qui a un beau parc en retrait de la rue), et même jusqu’au grand parc de Xujiahui. Elle y a rencontré d’autres ayis et elles se retrouvent parfois. Elle me dit que notre fils attire tous les regards avec ses grands yeux et son sourire facile, et que beaucoup de gens le prennent en photo. Mais quand quelqu’un demande à le prendre dans ses bras, Wangjie refuse. Quand notre fils semble fatigué ou qu’il a peur de tout ce monde, Wangjie sourit gentiment et elle prend congé.

 

Pour ma part, j’ai la chance de rentrer à la maison le midi et je nourris notre fils. Pendant ce temps Wangjie déjeune si ce n’est pas déjà fait, ou bien elle fait encore un peu de ménage. Elle le prend avec lui pendant que je déjeune moi-même.

 

L’après-midi se passe comme le matin, dès que notre fils dort Wangjie fait quelques tâches ménagères. Pendant mon absence, elle note quand notre fils dort ou quand il mange, afin que nous connaissions son rythme et voyons l’évolution. Sur la première page du carnet, elle a même écrit un poème exprimant son intention de faire de son mieux pour nous aider à élever notre fils de la meilleur façon possible. Lorsque des incompréhensions apparaissent entre nous, elle utilise parfois ce petit carnet pour exprimer le fond de sa pensée.

 

Quand nous rentrons le soir, notre fils est souriant et la maison est propre. C’est un luxe qui est possible à Shanghai, et nous en sommes conscients.

 

Wangjie est vraiment une personne gentille. Parfois elle n’a pas l’air d’écouter ce qu’on lui dit, et il lui arrive de faire des erreurs, mais si on insiste, elle comprend, et elle n’a jamais fait quoi que ce soit qui soit mauvais pour notre fils. C’est pourquoi nous lui faisons confiance.

 

Il y a quelques mois lorsque je me renseignais sur un mode de garde à Shanghai, j’avais commencé à flipper car on entend toujours des histoires horribles sur des nounous pas recommandables…. Mais comme on dit en chinois, meibanfa 没办法, il n'y a pas d'autre solution (j'expliquerai pourquoi dans un prochain article!) et la nounou à domicile était le meilleur choix pour nous. J’avais envisagé mettre des caméras partout, mais mon mari m’avait vite arrêtée.

 

Et puis voilà, bientôt deux mois et je ne regrette pas notre choix, je crois que Wangjie se plaît bien chez nous. Elle nous raconte toujours plein de petites anecdotes sur sa journée avec notre fils et elle le trouve merveilleux, drôle, intelligent… C’est notre fils, c’est vrai, mais ça fait toujours plaisir d’entendre ça de la part de quelqu’un d’autre !

Repost 0
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 08:51

Excusez pour l'absence, mais comme vous le savez peut-être déjà j'ai donné naissance il y a presque un mois à un petit bout de chou, et mine de rien, ça occupe!

 

Le papa est retourné travailler lundi dernier, et je suis encore moins efficace depuis. Enfin, nous avons pris nos marques et je profite de quelques instants de répit pour rédiger un article.

 

Lors d'une visite à la clinique il y a quelques mois, j'étais tombée sur un prospectus parlant du sang contenu dans le cordon ombilical du bébé. Prélevé juste après la naissance, il peut être conservé dans des banques spéciales pour usage personnel ou bien donné pour la recherche ou pour que d'autres personnes qui pourraient en avoir besoin puissent en bénéficier. 

 

Pourquoi?

Ces dernières années, les progrès de la recherche ont montré que le cordon ombilical contient un grand nombre de cellules souches, aui ont la capacité de se transformer en une variété d'autres cellules spécialisées, comme des cellules nerveuses, cardiaques, hépatiques, osseuses, cartilagineuses, etc. Cette capacité est une caractéristique qui peut être appliquée pour guérir des maladies.

Ainsi les cellules souches permettent d'augmenter le taux de guérison de la leucémie, l'anémie réfractaire et d'autres maladies, mais peuvent aussi traiter les maladies cardio-vasculaires, les maladies du système nerveux central, les maladies osseuses, les maladies auto-immunes, la cirrhose du foie, les brûlures, les tumeurs, et d'autres maladies.

Le coût de la conservation du sang de cordon pour usage personnel étant assez élevé, et les possibilités de rapatriement en cas de retour en France peu claires, nous avons opté pour le don. Cela nous permet de faire une bonne action (comme on dit, faut pas gâcher), et d'être "prioritaires" sur la liste d'attente en cas de besoin.

 

Comment?

- Contacter le centre du don de sang de cordon.

- Effectuer les tests sanguins nécessaires (dont une majeure partie sont déjà prescrits en début de grossesse).

- Une fois les tests récupérés, vous pouvez prendre rendez vous avec le centre.

- Vous recevrez un kit de prélèvement à donner à votre médecin ou gynécologue.

- N'oubliez pas de mentionner que vous souhaitez faire don du sang de cordon à votre médecin et le faire figurer dans votre plan de naissance si vous en avez un.

- Juste après l'accouchement, le médecin prélèvera le sang du cordon et contactera le centre de don du sang pour le leur faire parvenir. 

- Et voilà!

 

Combien?

Le don du sang de cordon est gratuit. Il n'est pas rémunéré, vous ne recevrez qu'un joli certificat du centre de don du sang.

 

 

Plus d'infos:

 

No1191,Hongqiao Road
Hot   400-675-5599           
Tel    86-21-6295-7788   
Fax   86-21-6295-9995       
  

 

Repost 0
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 03:39

 

Juste un petit mot pour vous dire que notre fils Ethan est ne la semaine derniere. So far so good, nous prenons nous marques tous les trois tout doucement. 

 

Je risque de ralentir d autant plus le rythme cotes articles, mais je ne compte pas arreter pour autant. Bref, soyez patients!

Repost 0
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 12:55

 

Comme je l’ai déjà dit, dimanche c’était mon anniversaire. Mon épaule me fait souffrir depuis quelques semaines, et mon mari à également un point dans le dos. Une seule solution : un bon massage.

 

D’habitude nous allons dans des salons de massage à côté de chez nous, avec un service à la chinoise mais généralement de bonne qualité (et moins cher que les enseignes ‘pour étrangers’). Mais ils ne sont pas équipés pour recevoir une femme enceinte de 8 mois (je le mets où, mon ventre, si je veux me faire masser le dos ?) et en général il ne sont pas à l’aise à l’idée de masser une femme enceinte (et moi je ne veux pas qu’on m’effleure, je veux qu’on me masse !).

 

Du coup il a fallu trouver un endroit qui propose massage pour femmes enceintes pour madame, et massage à l’huile pour monsieur. 

 

J’avais déjà testé le massage prénatal d’Aspara Spa, mais je le trouvais cher par rapport au service proposé (le massage était bien, mais pas au point de payer 680 kuais pour 1h20) et trop éloigné de chez nous. Et puis j’aime bien changer, donc nous avons fait quelques recherches.

 

Grâce au site Shanghai Mamas, j’ai eu quelques idées, et nous avons finalement retenu Sense of Touch, sur la Wukanglu.

 

On nous demande de venir un quart d’heure en avance, je ne comprends pas bien pourquoi mais j’imaginais me faire ‘engueuler’ en cas de retard… En plus le taxi ne connaissais pas la route et a fait un détour, du coup, nous sommes arrivés 5 min en avance. Le bâtiment est situé au 4e étage dans une lane house rénovée, mais heureusement il y a un ascenseur (je suis enceinte, il fait chaud et je suis fainéante).

 

Le cadre est sympa, la fille de l’accueil pas trop à l’aise en anglais mais nous parlons chinois, donc ça va. On nous donne des pantoufles et de l’eau, et on nous amène dans les cabines pour se changer. Deux douches, un cabinet de toilettes, un lavabo… Le grand luxe !

 

Puis on nous emmène dans la salle de massage, la déco est simple et très claire (ça change des salons de massage aux lumières tamisées et aux murs sombres). On m’installe sur le côté avec un coussin comme si j’étais un paquet fragile, on me couvre les parties du corps qui ne sont pas massées pour l’instant et les yeux pour ne pas laisser passer la lumière, et le massage commence (huile végétale uniquement pour moi).

 

C’est parti pour une heure de bonheur. Dos, jambes, de chaque côté, pour finir par un massage de la tête (je ne comprends pas pourquoi ce n’est pas systématiquement inclus dans les massages du corps, tellement ça fait du bien). Une partie tirage de cheveux très agréable aussi (à ne pas confondre avec du crêpage de chignon !).

 

On me relève comme un paquet précieux, on me met même mes tatanes au pied (un peu too much peut-être ?), puis on nous raccompagne aux cabines. Nous prenons une douche rapide, et voilà, nous sommes prêts !

 

Un très bon massage dans un lieu aéré et calme. Un peu cher par rapport à ce qu’on fait d’habitude, mais je n’ai plus qu’un mois à tenir, et puis, c’était mon anniversaire…

 

Plus d’infos :

Ultimate Rose Pregnancy Massage    RMB 480/60mins

A gentle massage for our mothers-to-be, a nurturing, pampering & truly feminine treatment to uplift.

 

5th Floor, Ferguson Lane, 376 Wukang Road, Shanghai上海市徐汇区武康路376号五楼

L’adresse:

TEL: (021) 6126-7800

Monday to Saturday 10:00am to 9:00pm

Sunday 11:00am to 7:00pm

Repost 0
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 12:30

Il est possible en Chine de se faire prendre en photo en studio pour pas trop cher. Nous ne l’avions pas fait pour notre mariage, donc nous l’avons fait pour la grossesse.

 

Expérience marrante, malgré la chaleur.

 

Nous sommes allés au studio La Vie photographie, recommandé par des amis.

 

Le studio est situé dans l’hôtel Okura Garden. Les photographes sont japonais (ils ne parlent que peu anglais ou chinois) et ils sont aidés par des assistants chinois qui communiquent avec eux en japonais.

 

Le prix de base, 400 RMB pour ½ heure en studio, une cinquantaine de photos, ou bien 700 RMB pour 1 heure en studio et/ou dans le parc attenant à l’hôtel, pour une centaine de photos.

 

Ajoutez à cela environ 700 kuais si vous voulez faire éditer un book de cette séance photo (j’avoue, on a craqué), et 400 kuais si madame veut se faire maquiller et coiffer (j’avoue, j’ai craqué).

 

Le jour J, nous avons débarqué avec quelques tenues (3 pour moi, 2 pour lui), quelques jouets, et…. Zéro idées. On se disait qu’on se laisserait guider par le photographe (très avenant au demeurant), mais dans le fond, on n’en menait pas large…

 

La séance maquillage et coiffage c’est bien passée, j’ai demandé quelque chose de simple, et je l’ai eu.

 

Puis vient la séance en studio. On me demande de me mettre au milieu, je me mets au milieu. Marc doit se mettre à côté de moi, il y va. Le photographe suggère une pose, nous exécutons. Et puis… Et puis ben on se laisse aller, on tente des trucs, et on rit, et le photographe suit et nous encourage. On rajoute des jouets, on sourit, on rit, on se détend…

 

Changement de tenue, on enchaine avec des photos en noir et blanc, jeux de voiles… Très sympa. Moment intime aussi, plus sérieux.

 

Ensuite il est déjà temps d’aller dehors. Le parc est magnifique (se marier dans ce parc doit être super sympa), et malgré la chaleur, nous arrivons à enchaîner les photos.  Le plus difficile… marcher main dans la main en faisant semblant de discuter… Pour le reste, tout roule, on s’amuse bien.

 

Après la séance photo, vient la séquence du choix : nous devons sélectionner 37 photos pour le book. Pas facile car beaucoup sont très bien, et globalement toutes les photos rendent bien. Il sait y faire le photographe. Une fois la sélection faite, nous pouvons déjà partir. Le design du book prend environ 2 semaines, l’impression encore 2 petites semaines, mais nous avons déjà reçu un CD Rom avec toutes les photos de la séance.

 

Résultat : un super souvenir, de la séance en elle-même et de cette période de fin de grossesse ou nous ne sommes encore que 2 dans les faits mais déjà 3 dans la tête…

Repost 0
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 02:33

La semaine dernière, j’ai pris mon premier cours de Yoga prénatal en salle (j’ai trouvé des cours en podcasts qui sont bien, mais c’est difficile de se motiver seule chez soi). En voici un rapport concis : 

 

Contact : 

Caitlin : caitlinreilly67@gmail.com

 

Lieu : 

The Four Seasons Hotel 

500 Wei Hai Lu, 4th Floor ph: 62568888 ext 1901

 

Prix : 

120RMB pour une heure de cours, possibilité de payer pour 10 séances à 1000RMB.

 

Les plus : 

- Le lieu : on a l’impression d’être une princesse ! Accueillie par un jeune chinois très affable (en anglais), vous entrez d’abord dans les vestiaires qui sont très luxueux (jacuzzi à disposition). Des bouteilles d’eau sont à disposition dans la salle, et des fruits vous attendent dans le lobby.

- Le cours : impressionnant ce qu’on peut faire avec un corps de femme enceinte ! Les exercices aident à soulager les douleurs liées à la grossesse, et à muscler le corps en fonction des changements liés à celle-ci.

- Comme c’est un cours réservé aux femmes enceintes, cela créée une intimité, et l’on peut voir différent type de futures mamans, plus ou moins avancées dans la grossesse, plus ou moins souples…

- Beaucoup d’horaires sont proposés (en journée, soirée ou le samedi).

- Si vous voulez accéder à la piscine, il vous en coûtera seulement 80RMB de plus.

 

Les moins : 

- Un peu loin de chez moi.

 

Bilan : 

Avec si peu de mauvais points et autant de bons points, je pense que je vais m’inscrire !

Repost 0
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 02:30

Pour continuer sur ma lancée, je me suis offert il y a deux semaines un massage prénatal. Car, vous ne le savez peut-être pas, mais manipuler une femme enceinte requiert quelques précautions  liées aux circonstances suivantes : 


- Dès que le ventre s’arrondit (autour du 3e mois, voir même plus tôt pour certaines), il est inconfortable et déconseillé de s’allonger sur le ventre.

- Dès la 20e semaine, il également déconseillé de rester longtemps allongée sur le dos.

- L’utilisation d’huiles essentielles est à contrôler, car peu d’études sont effectuées et l’on ne sait toujours pas dire si elles peuvent être nocives pour le fœtus.

- Enfin, le corps subit de grandes transformations (prise de poids, rétention d’eau, douleurs liées à la position pour dormir et j’en passe et des meilleures), qui nécessite une approche particulière.

 

De plus, les masseurs refusent en général de vous manipuler durant le 1e trimestre de grossesse (si vous lui dites car à cette période en général ça ne se voit pas trop), pas parce que le massage peut être nocif (s’il est bien fait, il y a peu de risques), mais parce que c’est la période considérée comme « risquée » et qu’ils veulent éviter les problèmes.

 

Donc, si l’on résume, vous êtes bonnes pour trouver un massage prénatal après le 1e trimestre, et vérifiez les points suivants : 

- Le masseur va vous masser sur le côté, dans ce cas demandez-lui s’il a à sa disposition des coussins de grossesse (en forme de banane qu’on utilise pour caler le ventre et les jambes).

- Le masseur à l’habitude de masser les femmes enceintes (s’il propose cette option, en général c’est bon).

- S’il utilise de l’huile, préférez de l’huile d’olive ou une autre huile végétale sans huiles essentielles. 

 

Voilà pour les pré-requis. Pour la suite, voici mon expérience.

 

Le lieu : 

APSARA SPA

457 shanxibeilu

陕西北路457号靠近北京路

 

Contact : 

info@apsara.com.cn

62585580

 

Le prix : 

680RMB pour 75 minutes, vous pouvez demander la promotion (via le site Shanghai Mama) et vous ne payerez que 480 RMB. Ils proposent aussi des packages : 

1380 RMB pour trois massages,  2080 RMB pour 5 massages, 3880RMB pour 10 massages.

 

Les plus : 

- Massage à l’huile d’olive très agréable et assez fort (mais pas trop). Tant qu’à faire autant éviter de vous faire effleurer (votre mari peut le faire sinon).

- Ambiance tamisée et feutrée, pas de bruit extérieur. Le cadre est très sympa.

- La masseuse parle anglais, le personnel d’accueil aussi.

 

Les moins : 

- Le prix : 480RMB (et encore, à l’origine c’est 680RMB) pour un massage, certes agréable, c’est extrêmement cher, même à Shanghai! Surtout compte tenu du fait que l’on n’est pas dans un grand hôtel ou sur une plage de Bali…. 

- La masseuse m’a dit que le massage était terminé, mais ne m’a pas proposé de me rincer (car l’huile d’olive, c’est bien, mais c’est gras). Après avoir demandé à l’accueil, en général ils ne le font pas, sauf si la personne le demande. Sauf que moi j’ai l’habitude qu’on le fasse, donc j’ai attendu un peu, avant de réaliser qu’elle ne reviendrai pas. Il y avait bien une grande baignoire dans la salle, mais il n’y avait que de l’eau froide… Petit inconvénient.

 

Bilan : 

Je n’y retournerai sans doute pas, sauf si j’ai VRAIMENT mal partout et que j’ai besoin d’un massage. Car les options massage prénatal sont rares à Shanghai, et je crois bien qu’ils en profitent…

 

Repost 0
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 02:26

Il y a deux semaines, j’ai pris mon premier cours d’aquagym prénatal (et d’aquagym tout cours d’ailleurs).


Avant de commencer, les infos pratiques : 


Contact: shgaqua@gmail.com


Lieu: LAKEVILLE REGENCY CLUB HOUSE 

Floor B1, Block 10, lane 168 Shun Chang Road – Xin Tian Di

 

Prix: 180 RMB par cours d’une heure avec accès libre à la piscine. Serviettes et tatanes fournies.


Horaires: varient selon les mois, pas de cours prévu en Juillet. Cours en journée ou en soirée.

 

Les plus : 

- Bouger dans l’eau (la piscine est couverte), surtout par une chaleur étouffante dehors, c’est un vrai bonheur ! En plus on travaille beaucoup grâce à la résistance de l’eau. 

- La piscine de la résidence est super (il y a même un hammam, mais c’est à éviter pour les femmes enceintes).

- Cours en petit comité.

- Finir la séance par quelques longueurs dans le bassin vide en soirée, un bonheur !

- Différents horaires le soir et même un cours le samedi matin.

 

Les moins : 

- J’ai assisté à un cours mixte (prénatal et postnatal, il y avait même une mamie qui n’avait pas l’air de venir d’accoucher), aussi je n’ai pas senti qu’on travaillait des muscles particuliers à la femme enceinte, c’est juste que les femmes enceintes ne devaient pas faire certain mouvements. Les cours réservés aux femmes enceintes ont lieu pendant les horaires de bureau malheureusement.

- Le prix : 180 yuans pour une heure ce n’est pas donné, et ils ne proposent pas de formule d’abonnement.

- Le lieu : un peu loin de mon lieu de résidence.

- Encore une activité qui ferme en été ! Les futures mamans qui doivent accoucher en septembre sont bien ennuyées !

 

Bilan : 

J’y retournerais peut-être  en août, si j’ai le courage de me lever un samedi matin pour profiter de la piscine dans l’après-midi, ou bien quand mon congé maternité aura commencé (mais ça me paraît loin !). 

Repost 0

C'est Quoi Ce Blog? 这是什么?

  • : Shanghai
  •  Shanghai
  • : Ma vie en Chine (Shanghai plus précisément), mélange d'étonnement, de pensées profondes, et de fantaisie. Après cinq ans d'études de chinois en France et plus de six ans en Chine, la vision d'une sinologue perdue dans la jungle urbaine de Shanghai, mais toujours fan de la Chine! Ce blog pour parler de mes découvertes, des projets qui me parlent et de la vie de tous les jours. Une nouvelle catégorie ouverte récemment, Shanghai Baby, notre dernière aventure en date!
  • Contact

Le Passé C'est Le Passé 过去的