Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 11:25

Le week-end dernier nous nous sommes rendus à Anji, dans le Zhejiang.

 

Pour ce faire, nous avions loué une voiture (pour 180 yuans, même pas 20 euros la journée), et un de nos amis détenteur du permis chinois nous a conduit jusque l’hôtel en pleine montagne :


安吉县天荒坪镇大溪村九龙峡度假村

Anji County, Tianhuangping Town, Nine Dragons Gap Village Resort

Ānjí xiàn tiān huāng píng zhèn dà xīcūn jiǔlóng xiá dùjiàcūn

05725112777

 

Nous devions partir de Shanghai à 19h, finalement nous avons mis 1h30 à arriver tous au point de rendez-vous, charger la voiture, et commander à manger (au Mc Do, peut mieux faire). 


Comme il y avait environ 3h30 de route, et que nous nous sommes arrêtés en chemin, nous sommes arrivés à 1h du matin ! On nous donne les clés de nos petits chalets en bois, mais nous ne nous attardons pas sur la déco…


Par contre, le lendemain, après une courte nuit de sommeil, quel plaisir de voir des arbres par la fenêtre, et d’entendre uniquement le bruit des oiseaux et du vent dans les arbres…

 

05112011365


Autre aspect très sympa : il ne pleut pas (on a eu un peu peur en partant de Shanghai sous la pluie).

 

Anji 0524


Le temps que tout le monde se lève, qu’on déjeune et qu’on prenne notre douche, c’est déjà l’après midi. Aussi nous rendons-nous très vite à l’attraction du coin, les gorges des 9 dragons (d’où le nom de l’hôtel). 40 yuans l’entrée, 1h30 de ballade selon les locaux…

 

Anji 0527

 

Nous prenons notre temps, gravissons les marches, et même les endroits où il n’y a pas de marches… C’est très calme, très beau. On se pose dans un endroit en retrait pour pique-niquer, avant de gravir une pente et monter au plus haut du pic de la montagne. Quelle joie d’évoluer au milieu des bambous !

 

Anji 0546

 

Finalement nous avons passé toute l’après-midi sur place, deux courageux se sont même baignés dans la source ! 


Nous rentrons fourbus, et partons avec saucisson et vin français pour dîner à la ville : c’est vite dit : il y a très peu de restos et nous sommes les seuls clients (les derniers ont fini de dîner quand nous arrivions). Ca fait un peu ville fantôme créée pour les touristes, sauf que les touristes ne sont pas au rendez-vous. Nous commandons des plats locaux et nous régalons de la bière locale au bambou… Avant de rentrer à l’hôtel. 

 

Nous jouons à Times Up jusqu’à 2h30, avant d’aller nous coucher.

 

Le lendemain, réveil à 10h, petit déjeuner dans le salon d’une des maisonnettes en bois, et puis c’est déjà l’heure de repartir. En chemin, nous nous arrêtons voir un barrage. On profite encore un peu de la vue avant de rejoindre Shanghai.

 

Pas trop de bouchons à l’arrivée à Shanghai, c’est déjà ça. 


Mais nous sommes tous complètement KO ! Est-ce dû à la marche ? A la bière de bambou ? Au times up ? En tout cas c’était un super week-end !

 

Pour voir toutes les photos du week-end, cliquez ici!

 

Repost 0
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 01:19

Vendredi dernier nous avons eu droit à un exercice incendie. Tous les employés travaillant dans l’immeuble de bureau ont été prévenus une semaine à l’avance, car ici on ne joue pas l’exercice surprise.

 

A peu près à l’heure dite, l’alarme incendie retentit. Certaines de mes collègues et moi-même descendons les escaliers (16 étages, de quoi donner le tournis), tandis que les autres ignorent l’exercice et restent à leur bureau pour travailler (car ce n’est pas obligatoire). En même temps vu la sonnerie qui retentit, je ne sais pas s’ils ont réussi à se concentrer pour travailler.

 

Arrivées en bas, il y a déjà pas mal de monde, l’ambiance est bon enfant. Les collègues en profitent pour discuter ou fumer une cigarette (quelle ironie !). Puis c’est l’heure d’assister à la formation à la réanimation cardio-pulmonaire.

 

04112011360

 

Dehors, sur le parvis, avec un mannequin (bien mieux que la poupée gonflable achetée par SOS pour ses simulations), un monsieur, qui montre, sans mégaphone, sans rien… Pour vous dire il devait y avoir 300 personnes dehors, mais une cinquantaine de personnes seulement ont pu voir la gestuelle, une dizaine ont pu entendre les explications, dont deux-trois personnes qui ont pu retenir ce qui a été dit…

 

Parmi elles, combien oseront pratiquer une réanimation en cas de besoin après une telle formation ?

 

L’utilité d’une telle démonstration n’est pas claire, mais si l’on est un peu pessimiste on peut se dire que ça aura permis au management de l’immeuble de cocher une case : les occupants de l’immeuble ont reçu une formation à la RCP…

 

Ensuite nous avons eu le droit à un petit show : un pompier (ou un employé du management déguisé en pompier, ce n’était pas clair), qui éteint un feu de poubelle avec la lance à eau, puis avec un extincteur. Comme pour la réanimation, je doute que beaucoup de personnes aient pu voir et entendre comment utiliser un extincteur.

 

Mais contrairement à la réanimation, des volontaires ont pu essayer de manipuler les extincteurs, avec ou sans feu à éteindre d’ailleurs. Au bout de quelques minutes, la majorité des employés décident de remonter, même si la personne n’a pas fini ses explications.

 

Il a du se sentir bien seul.

Repost 0
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 14:43

Samedi après-midi nous nous sommes rendus au Community Center de Hongqiao pour aider l’association Giving Tree à préparer des cadeaux pour les enfants de migrants résidant à Shanghai. 


 

Le but de l’opération : préparer des sacs qui accueilleront les cadeaux des enfants. Chaque enfant recevra une veste, une paire de chaussures et des cadeaux. L’association a reçu des dons d’entreprises, d’institutions et d’individuels de Shanghai, et commandé le matériel nécessaire. Le plus dur reste à faire : organiser un peu tout ça.


Ils ont la liste des enfants, avec leur taille, leur âge, leur pointure, leurs passions. Et pour éviter qu’ils ne se retrouvent avec des chaussures trop petites, chaque enfant aura donc un sac, avec une fiche le concernant. Le but de cette demi-journée : écrire le numéro attribué à chaque enfant, agrafer la fiche à l’intérieur du sac, rajouter deux feuillets et empiler le tout dans l’ordre chronologique et sans se tromper. 


Notre table comptait 5 personnes : 2 « écriveurs » 2 agrafeurs et 1 superviseur. Devinez qui c’était le superviseur ? Ben c’était moi ! J’adore être inspectrice des travaux finis (ils ont dû le sentir, car je n’ai même pas eu à le demander). Mais j’ai quand même mis la main à la pâte (j’ai mis les feuillets dans le sac, c’est dur !).


Malgré un début un peu chaotique, nous avons vite pris une bonne vitesse de croisière, chacun vacant à sa tâche tout en devisant avec son voisin. Et si nous n’avons pas fini les premiers, nous avons néanmoins fini une heure en avance (400 sacs en deux heures). Ca s’appelle de l’organisation !


Envie de passer un chouette moment tout en faisant une bonne action pour la communauté de Shanghai ? Contactez Giving Tree !

 

L’étape prochaine : remplir lesdits sacs à l’aide de la fiche insérée par nos soins (d’où l’importance de ne pas se tromper)… On l’a déjà fait l’année dernière, et je pense qu’on va le refaire cette année !

 

Community Center Shanghai - Hongqiao Center

No. 201 Sheng Lun Lan Builing, 5B, Lane 3215 Hongmei Lu 

上海虹桥虹梅路3215弄201号圣伦兰大厦5楼B座

Repost 0
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 16:30

 

Comme j'en parlais hier, je suis allée au Rockbund Art Museum, voir une expo de Zhang Huan, artiste chinois connu pour ses performances très controversées.

 

J'avais vu un article en ligne sur cette expo, et je ne sais pourquoi, avait décidé de m'y rendre...

 

Dès l'entrée, je n'ai pas été déçue par l'affiche (j'adore quand on joue avec les caractères chinois...).

 

22102011332

 

Et par les lieux, un bel immeuble art déco à deux pas du pont Waibaidu.

 

22102011346

Au 1e étage, une belle pièce représentant un Confucius torse nu dans une nappe d'eau.

 

22102011333

 

Les traits sont très réalistes, c'est bluffant!

 

22102011334

 

 

 

Au deuxième étage, trois tableaux réalisés avec de le cendre d'encens, dont celui-ci qui résonne en moi d'une façon particulière: 

 

 

22102011337

 

Après une dernière installation, nous nous retrouvons au 5 étage pour profiter de la vue sur la Pearl Tower:

 

 

22102011338

 

Et sur la boucle du Huangpu. Sympa!

 

22102011339

 

Tout en buvant un bon café devant une vidéo de l'artiste expliquand son oeuvre.

 

22102011340

 

L'exposition nous emmène ensuite au dehors, l'occasion de découvrir une église fort bien rénovée.

 

22102011341

 

Et les bâtiments y attenant, avec pour toile de fond les trois grandes tours de Pudong.

 

22102011342

 

Face à l'église, un immeuble cathédrale très impressionnant.

 

 

22102011344

 

Bref une sortie très intéressante et surprenante que je recommande!

 

L'expo dure jusqu'au 29 janvier 2012, l'entrée est de 15 yuans (café compris), et le musée se situe au n. 20 de la Huqiu Road (虎丘路)métro Nanjingdonglu.

 

Courez-y!

Repost 0
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 22:28

Grâce à ma maman j'ai le goût des belles choses et notamment des architectures.

 

Deux petites photos qui m'ont fait penser à elle: 

 

 

15102011331

 

Déco brute genre pas finie dans un hôtel de luxe. Ca me fait penser avec nostalgie aux marches en béton et à la cuisine dont le plafond n'a toujours pas été peint chez mes parents....

 

(pour ceux que ça intéresse, l'hôtel c'est le Waterhouse au sud du bund, et nous sortions du restaurant Table N. 1 à côté, pas donné mais excellent).

 

La deuxième, c'était hier: 

 

22102011336

 

Visite du Rockbund Art Museum,  aux détails art déco...

 

On en trouve des trésors à Shanghai!

Repost 0
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 02:00

Ou comment une situation banale peut déraper.

 

Courant août j’avais fait l’acquisition d’un vélo. Pas trop cher mais quand même, 500 kuais, il était parfois pour moi : pas de vitesses, pas trop grand, et une selle sur ressort, « pour plus de confort ».

 

Hors quand on vit en Chine, on sait que le vélo, et par extension le vélo électrique ou le scooter, se fait voler facilement. Mais j’avais demandé à intégrer un cadenas sur la roue du vélo tout neuf.

 

Au retour de nos vacances à Nanchang, j’ai eu deux jours de repos. Le deuxième jour, je décide de prendre le vélo pour faire des courses. Et là ne fut pas ma surprise de découvrir que le vélo n’était plus là !

 

N’étant pas sûre de l’endroit où il était garé, je fais le tour du parking, examine chaque vélo, même ceux qui n’ont pas été utilisés depuis des années à en juger par la couche de poussière qui les recouvre… Pas de trace de mon vélo noir à selle marron. Ma première pensée est qu’il a été volé, ma deuxième, un peu optimiste, est que je l’ai oublié sur le parking de mon bureau.

 

Je pars donc à pied, et en chemin, croise un bao’an, quelqu’un chargé de la sécurité dans la résidence. Je lui dis que mon vélo à été volé. Il me demande s’il était neuf, je lui dis oui. Pas de réaction. Il me demande si j’avais un cadenas, je dis que oui, et là il me dit qu’il y a un vélo sans cadenas, un vélo noir et neuf, dans le bureau du management. J’imagine une heureuse issue à la situation. Bien que l’histoire de l’absence de cadenas me laisse dubitative.

 

Je demande à voir le dit vélo, le bao’an se rend dans le bureau. Il revient avec un collègue, qui me repose les mêmes questions. Je réponds de même, et il demande à voir la clé du cadenas. Je la luis tends, il la regarde, ne dit rien et me dit de revenir avec les papiers du vélo.

 

Je n’insiste pas car je dois d’abord vérifier que mon vélo n’est pas au bureau. Vérification faite, il n’y est pas. Et comme souvent dans une situation difficile, je fais appel à mon mari. Je l’appelle en lui expliquant la situation, et lui demande de chercher à VOIR le vélo avant que nous nous mettions en recherche des papiers. Si ce n’est pas notre vélo, pas la peine de les chercher…

 

Je pars ensuite faire les courses pour lesquelles j’étais sortie en premier lieu. J’en suis à me dire que je vais devoir aller porter plainte à la police (alors que le parking à vélo est sous surveillance vidéo, c’est un comble quand même), quand je reviens à la résidence. Je vois deux bao’an, une voiture de police et deux policier au dehors. Sont-ils déjà au courant du vol ? Je sais que le commissariat est juste à côté mais quand même !

 

Puis je vois mon mari s’éloigner avec mon vélo, youpi ! Je le rejoins en courant, je l’embrasse et le remercie, lui me regarde d’un œil mauvais en me disant que j’aurais pu vérifier que je n’avais pas mis mon cadenas… Car la police est venue pour lui !

 

Petite erreur de communication, mon mari s’est rendu au bureau du management pensant qu’ils avaient déplacé mon vélo sans raison. Et qu’il était en droit de voir le vélo au moins. Il y a eu un clash, ils ont commencé à crier, chacun sûr de son bon droit, lui que les employés retenaient mon vélo contre son gré, eux qu’il fallait présenter les papiers pour voir le vélo. Un inconnu s’est mêlé de ce qui ne le regardait pas, le ton est encore monté, et comme mon mari est un gros gabarit, l’employée à décidé d’appeler la police. Qui n’a donné tort ou raison à personne, mais à fini par rendre mon vélo à mon mari. Pas de logique dans cette histoire.

 

Quand mon mari a comprit sa méprise, il a voulu s’excuser auprès du management. Mais le bureau était fermé.

 

Donc le vélo a été trouvé avec le cadenas ouvert. Gloups.

 

Depuis je fais super attention, aussi, je n’ai pas compris ce qui m’arrivait quand mon mari, quelque jours plus tard, m’annonce qu’il n’est pas content du tout ! Que je devrais fermer mon cadenas à chaque fois !

 

Je lui assure que je le fais et que je vérifie même qu’il est bien fermé.

 

Lui me dit qu’il a eu un mot sur la porte, en chinois et en anglais, lui disant que le vélo était encore décadenassé, et qu’il fallait y porter remède, et il y a vu la même chose sur le vélo, qui était effectivement… décadenassé.

 

Une histoire à dormir debout. Etourderie, coup du sort, magie, ou bien, comme je le soupçonne, il y a un petit malin qui s’amuse à décadenasser mon vélo, sans pour autant me le voler…

 

On ne saura pas car depuis, j’ai racheté un deuxième cadenas !

Repost 0
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 02:13

Cette semaine je suis en déplacement professionnel dans le Shandong. A Tai’an plus précisément. 

 

Après avoir pris le train rapide (celui qui relie Shanghai à Pékin), je suis accueillie par un chauffeur brandissant un panneau au logo de mon entreprise. On se sourit, il me dit bonjour, je lui dis bonjour et on y va.

 

La ville est éteinte. Pas de lumières, et pas de boutiques ouvertes. Il n’est même pas 21h.

 

J’arrive à l’hôtel je m’enregistre. Un employé porte mon sac jusqu’à l’ascenseur. Il me demande d’où je viens, si je suis là pour le tourisme ou le business. Je suis en talons et tailleurs, mais ici ça ne veut rien dire, donc je réponds que c’est pour le business. Je me couche peu après.

 

Le lendemain, le chauffeur vient me chercher. Il m’emmène à l’usine, mais il y a beaucoup de bouchons sur la route. Tout le monde essaye de doubler tout le monde, certains veulent faire demi-tour mais du coup barrent la route à ceux qui veulent continuer à avancer…

 

Enfin cela s’améliore. Pour rattraper son retard, mon chauffeur roule au milieu de la route. Oui, on a du lui dire qu’on ne pouvait doubler que par la droite, et bien lui il double les voitures qui sont elles-mêmes sur la voie la plus à droite.

 

Enfin la voie la plus  à droite… Il n’y a pas vraiment de lignes tracées au sol pour indiquer les différentes voies, même la séparation des sens de circulation n’est pas très nette, dans ce cas mon chauffeur à une excuse pour rouler au milieu…

 

Les véhicules soulèvent beaucoup de poussière, et au loin, nulle vision du mont Tai qui jouxte la ville.

 

____________

 

Ca me rappelle tous ces trajets en voiture, train ou avion, où, emmenée par des collègues ou même des inconnus, je regardais le paysage en me rendant dans des villes éloignées et inintéressantes pour une conférence, une émission de télé ou une foire nationale…

 

Je faisais confiance, je me laissais bercer, je ne posais pas de question et je profitais.

 

____________

 

J’arrive à l’usine et suis reçue par mon collègue. Nous travaillons jusqu’à l’heure du déjeuner. Ensuite, c’est la cantine, pas trop dégueu, mais lui me dit que la nourriture ici est trop salée. Moi j’aime bien. D’ailleurs je raffole de la sauce soja. Il me dit aussi qu’ici, il n’y a rien à faire, que même le mont Tai, ce n’est pas un must. Je lui dis que j’ai déjà fait les Montagnes Jaunes, il me dit que ce sont les meilleures de Chine.

 

Ca tombe bien j’y suis allée deux fois et je n’aurais pas le temps d’aller au Mont Tai.

 

Nous finissons de déjeuner et retournons travailler. Je suis juste dérangée par un gros insecte qui s’est faufilé par la fenêtre. Ce n’est pas un cafard, c’est déjà ça. Calme, respire, c’est la « campagne ». Le soir c’est encore le chauffeur qui m’attend.

 

Le lendemain, au petit-déjeuner de l’hôtel, je découvre qu’il y a une machine à expresso ! Quelqu’un fait déjà la queue, et me dit dans un anglais à l’accent américain que je ferais mieux de passer devant lui car il a 4 cafés à servir. So sweet !

 

Il y a beaucoup de personnes âgées dans l’hôtel. La génération des plus de 50 ans qui ont pu bénéficier de la retraite. Du coup ils en profitent pour voyager (ils ont déjà du faire les montagnes jaunes…). Il y a quelques couples accompagnés d’enfants. On ne saurait dire s’il s’agit de leur enfant ou petit enfant.

 

Et il y a le couple jeune-vieux. Un vieux avec une jeune. Le vieux n’a l’air de rien, là jeune à l’air sorti d’un clip à la mode (pour rester polie). Je m’insurge en dedans, mais ce n’est pas mon problème.

 

Même schéma pour la journée d’aujourd’hui. Pas de grandes surprises à Tai’an…

 

 

Repost 0
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 02:11

Je suis en déplacement quelques jours dans le Shandong. Logée à l’hôtel,  j’organise une expédition « piscine » dès 18h05.

 

Je suis différents panneaux  pour entrer dans le building piscine-spa-salle de sport. J’ignore superbement les trois filles de l’accueil (j’aime bien me dépatouiller seule) et me dirige dans un couloir. Je me dis en passant que c’est un des aspects positifs d’être étrangers en Chine, si on à l’air assez sur de soi, personne n’ose vous intercepter.

 

L’entrée d’un vestiaire, je rentre. Un homme de service me voit, se lève, étonné. Je comprends pourquoi quand il me dit que je suis dans le vestiaire des hommes. Oups. Je fais demi-tour, vers le vestiaire des dames. Une dame de service s’avance vers moi, je lui demande où est la salle de réunion. Ca doit être la fatigue, je voulais dire la cabine pour changer de vêtements. Elle me montre un banc. Décidément, même en Chine dans les bons hôtels,  il faut se mettre à poil devant tout le monde.

 

J’essaye de me souvenir la dernière fois où j’ai eu une cabine pour me changer à la piscine. Pas en Chine certainement… Je devais avoir 15 ans.

 

Bref, il n’y a personne et j’ai l’habitude des salles de gym, donc je me désape. Enfile le maillot de bain. La dame de service me demande ma clé. Euh… Il faut aller la chercher à l’accueil (c’était bien la peine de se la jouer « aventurière des couloirs »). Elle va me la chercher, je range mes affaires, elle me fournit tatanes en plastique et peignoir, « parce qu’il fait froid quand on sort de l’eau ».

 

J’ai mis mon bonnet et mes lunettes de compète, ça jure avec mon maillot-de-bain de plage, mais il n’y a qu’un Chinois et il n’est même pas dans l’eau. Il est allongé sur un transat.

 

La piscine est petite, 18m de long, alors je commence par 10 longueurs. Puis j’avise une aire de jets d’eau (genre siège massant mais dans l’eau), et je fais une pause, puis 10 autre longueurs, puis une pause…  Entre temps, le Chinois est entré dans l’eau et nage à gros bouillons.  Et vite aussi le salaud. Si je n’étais pas si fière de ma technique je dirais qu’il nage super bien même !

 

Après 40 longueurs, il y a déjà plus de monde, mais ça reste vivable. Si on oublie les trois énergumènes qui décident de nager dans le sens de la largeur (qui doit faire 8 mètres, ça va, ils ne vont pas se fatiguer…).

 

Quand j’ai essayé tous les différents jets, je reviens au premier.  Le Chinois du début me demande en anglais si je parle anglais ou chinois. Je réponds en anglais que je parle chinois (cherchez pas la logique). Et il me dit que je nage bien. Mais que mes jambes devraient faire un mouvement plus « comme ça » (mouvement impossible à retranscrire), parce que moi je fais « comme ça » (mouvement impossible à retranscrire).

 

Je n’avais jamais repensé à ma technique de natation, depuis que j’ai appris à nager à 6 ans. Des années de pratique plus ou moins régulière, une année de cours de natation, une finale de compétition de dos crawlé… Et voilà que des années plus tard, un Chinois m’apprend à nager ! Comme il a une bonne technique lui-même, je l’écoute poliment et je dis «oui, oui ».

 

Fou comme on peut être faible à force d’être polie.

 

Après cet intermède, je retourne nager, en essayant sa technique. Sur 18 mètres, je ne saurais dire si je nage beaucoup plus vite, mais je sens que ça me fatigue beaucoup plus. Après 2 longueurs je m’arrête, et mon Chinois qui m’a suivie et regardée attentivement apparemment, me fait signe que c’est très bien. Mais que je devrais plutôt faire « comme ci » que « comme ça » avec mes bras.

 

Je le trouve gonflé, mais encore une fois, je suis polie, il a une bonne technique, j’essaye. Pareil, je ne vois pas de résultat autre que je suis beaucoup plus fatiguée (mais j’en suis à 60 longueurs, ceci explique peut-être cela).

 

Je fais quelques longueurs, il est toujours là. Cette fois-ci c’est ma tête qui n’est pas bien positionnée.  Pareil je dis « oui, oui », et j’essaye sa technique. Pareil je suis crevée mais je ne passe pas le mur du son.

 

Comme j’ai fini mon quota de longueurs, je décide de ne pas jouer les prolongations de peur que le Chinois ne me donne un autre conseil. Je lui dis au revoir, enfile tatanes et peignoir et me dirige vers le vestiaire.

 

Au passage je zieute en direction de la salle de gym, il y a quelques machines, et des bonhommes en peignoir qui courent dessus…

 

J’enlève mes lunettes et vois la femme de service qui me sourit avec un air goguenard. Je me dis qu’elle ne doit pas en voir souvent des  blanches à gros nénés (on se rassure comme on peut). Elle me montre la direction de la douche (là c’est plus du service c’est de l’abrutissement).

 

La douche se ferme par une porte fumée, ça c’est une nouveauté par rapport aux salles de gym, parfois c’est un rideau ou même rien du tout. Dans la douche, il y a un lavabo (pour rincer son maillot de bain ?). Et au-dessus du lavabo, un miroir.

 

Note pour plus tard : penser à se démaquiller avant d’aller à l’eau…

 

Repost 0
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 16:46

Jeudi soir, au Cotton’s de la Dingxilu 定西路, a eu lieu l’Apéro des Assos, organisé cette fois-ci par Forget Me Not.


Initié en 2010 par Solidarité Shanghai, cet apéro a pour but de regrouper des associations francophones de Shanghai pour échanger, se rencontrer et s’entre-aider.


 Car pour évoluer dans le milieu associatif, nous connaissons l’action des autres associations existant à Shanghai, mais nous ne sommes pas forcément fédérés et ne connaissons pas forcément les gens derrière les associations. D’autre part, nous avons parfois des problématiques communes, ou bien des idées pour travailler ensemble.


C’est sympa, informel. On rencontre des gens nouveaux et on parle de tout et de rien. On se présente, on échange des cartes, parle de notre action, partageons un verre ou une assiette de fromage…


Puis vient le moment du discours de Cédric, président de Forget Me Not, qui explique notre action, nos problématiques, notamment trouver des entreprises ou particuliers intéressés par des évènements de team-building responsable, afin de créer des ponts entre différentes communautés de Shanghai. 


Il en profite pour annoncer un prochain évènement ouvert aux particuliers le 29 Octobre, autour du Qi Dance, avec des élèves d’un centre pour autistes, après un premier évènement Qi Dance organisé dans une maison de retraite.

 

 

Puis l’association Maidaifu, représentée en nombre ce soir-là, qui profite de cette tribune pour rappeler le lancement de sa campagne annuelle de levée de fonds, en vendant des pommes de l’Anhui dont le profit sera reversé pour aider les enfants orphelins de cette région. 


L’une des représentants de Shanghai Young Bakers annonce quant à elle qu’un atelier pain-pâtisserie sera organisé dans leurs locaux ouvert au particuliers le jeudi 27 Octobre en journée. Venez nombreux !


Enfin l’association des familles franco-chinoises de Shanghai nous fait savoir qu’après une première conférence sur le mariage, la prochaine portera sur… le divorce, et aura lieu le 24 Octobre à 18h30.

 

Et grâce au tirage au sort, c’est Shanghai Young Bakers qui organisera la prochaine session !


Pour finir avec toutes ses associations (d’autres étaient présentes également, comme Shanghai Oh Secours, FLAM, les Ch’tis de Shanghai, mais également Solidarité Shanghai  etc…), un email reçu de l’association A Pleins Mains nous fait part d’une vente de livres d’occasions Samedi 15 Octobre !

 

Avec ça on ne va pas s’ennuyer !

Repost 0
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 10:04

 

Nous n'avons pas pu prendre de train couchette, donc nous devons prendre un train rapide à 14h30.

 

Le réveil sonne à 8h pour profiter de cette dernière demie journée. Mais c'est dur de se lever après la journée d'hier...

 

Après un bon petit déjeuner, nous profitons une dernière fois de la piscine, toujours déserte.

 

Le temps de rassembler les affaires, et il est l'heure de rendre la chambre.

 

Après le check out, nous nous rendons en taxi effectuer la dernière visite: la Pagode Shengjin 绳金塔

Zhanqian Road

站前路

(20 yuans)

CIMG0047

 

La pagode en briques de 59 mètres de haut faisait autrefois partie d'un temple. Elle a été construite sous la dynastie Tang mais a été entièrement reconstruite à la fin du 18e siècle. 

 

CIMG0050

 

Sympa mais pas inoubliable non plus, sauf en sortant: 

CIMG0051

 

 

A la sortie nous traversons un marché "aux 1000 senteurs" et comme il fait chaud, c'est assez difficile à supporter.

 

Nous marchons en direction de la gare, il fait chaud. On déjeune, on se rend à la gare, dans la salle d'attente, il faut chaud aussi...

 

L'heure de monter dans le train, des personnes sont assises à nos places. Avec le même ticket que nous. Ah non, c'est juste qu'on a des tickets pour le 10 alors qu'on est le 9.... 

 

Heureusement il y a des places libres et personne ne s'est pointé pour nous déloger.

 

Après 7 heures de train (300 yuans en 1ere classe), nous voilà de retour à Shanghai. 

Ca fait du bien de rentrer!

 

Note: la conduite est chaotique à Nanchang, voitures, piétons, vélos, scooter, tous font du grand n'importe quoi. De quoi trouver que Shanghai est bien plus ordonné!

 

Et pour revoir toutes les photos, faut cliquer là!

Repost 0

C'est Quoi Ce Blog? 这是什么?

  • : Shanghai
  •  Shanghai
  • : Ma vie en Chine (Shanghai plus précisément), mélange d'étonnement, de pensées profondes, et de fantaisie. Après cinq ans d'études de chinois en France et plus de six ans en Chine, la vision d'une sinologue perdue dans la jungle urbaine de Shanghai, mais toujours fan de la Chine! Ce blog pour parler de mes découvertes, des projets qui me parlent et de la vie de tous les jours. Une nouvelle catégorie ouverte récemment, Shanghai Baby, notre dernière aventure en date!
  • Contact

Le Passé C'est Le Passé 过去的